Archives de Catégorie: Environnement

Pourquoi bronze-t-on ? Le soleil se raconte:

Par défaut

Moi, le soleil, je fais partie intégrante de votre vie et je suis votre indispensable…

La vie organique des humains, de la faune, de la flore, des mers et des océans  sont rythmés par les astres. Sans ma présence, pas de vie possible car je suis un générateur de vie grâce à mes photons (quantas lumineux). Le photon est un booster de chlorophylle qui permet des réactions photochimiques à partir de l’eau et du gaz carbonique, en bref, vous êtes sur terre grâce à un équilibre parfait régit par les éléments et j’en suis le souverain.

– « ALORS, NOUS AVONS BESOIN DU SOLEIL MAIS CELUI CI NOUS JOUE DES TOURS, C’EST BIZARRE, MADAME L’ESSEN-CIEL ?… »

Effectivement mais nous y sommes peut-être pour quelque chose, je m’explique: Le soleil a un spectre de rayonnement comportant les infrarouges, le rayonnement invisible et les ultraviolets. Notre lumière naturelle qui nous réveille le matin comporte ces rayonnements qui peuvent être filtrés par les nuages ou réfractés par le sol.

– « C’est une belle histoire mais le bronzage dans tout cela ?  » 

J’y viens, cette lumière qui nous entoure est chargée d’énergie ayant des longueurs d’ondes plus ou moins courtes et la bande de copains qui va nous intéressée s’appelle les ultraviolets :

Les U.V.C : c comme catastrophe car ce sont des rayons mortels heureusement stoppés par la couche d’ozone qui part, malheureusement, en lambeaux à cause des aérosols, des transports aériens d’altitude, etc… en bref, à cause de nous, humains!

Les U.V.B : b comme brûlures car ils ont une action bronzante mais ils sont cancérigènes, ils provoquent des brûlures …

Les U.V.A :  a comme amis car ils permettent le bronzage plus en douceur mais malgré tout méfiance car notre environnement change leur puissance. Les nuages permettent de laisser passer les U.V donc prudence car nous ne sommes pas à l’abri sous un ciel mutin.. Le sable, la neige, l’eau et la verdure réfléchissent les rayons U.V à plus ou moins  forte intensité. Le ciel très dégagé, le temps sec, la saison d’été, les régions non polluées (oui, ça existe!), l’altitude, l’heure du zénith atténue la couche filtrante de l’ozone ainsi des protections sont nécessaires.

–  » Bon, mais moi je veux bronzer ou je me fâche tout rouge …!  »                   Mais j’y viens pourtant comment parler de bronzage sans parler des bienfaits et des méfaits de ces rayons.

Les bienfaits de notre cher astre sont grands. Il synthétise la vitamine D et fixe le calcium. La peau est dynamisée, elle élimine mieux toutes les toxines tout en se protégeant mieux des attaques microbiennes ce qui donne l’impression d’un meilleur échange cutané. Le soleil est un chef d’orchestre qui permet de rythmer biologiquement le corps en ayant un impact sur nos sécrétions hormonales, notre sommeil et notre pression artérielle. Il nous réchauffe également psychologiquement puisqu’il provoque la gaieté ce qui manque parfois l’hiver et dans certains pays oubliés du soleil ! Il assainit nos intérieurs et notre cher linge qui sèche sous ses rayons sent la joie.

Les méfaits  que vous connaissez tous car qui n’a pas fait l’expérience d’un coup de soleil qui est en fait une brûlure plus ou moins importante suivant votre exposition et votre type de peau. Trop de soleil donne des maux de tête, des nausées, abaisse notre immunité, provoque une déshydratation et une baisse de vitalité. Cela provoque un vieillissement et un épaississement voire un cancer de la peau. La rétine des yeux s’abîme lorsqu’on regarde de face cette boule de feu. Des produits chimiques, les contraceptifs, certains médicaments, certaines huiles essentielles fragilisent l’organisme et peuvent provoquer, face au soleil, une photosensibilisation (brûlures de la peau).

Bon, mais alors pourquoi bronze-t-on? Je vois que la sieste vous a apparement rattrapé devant tant de petits mots qui dansent devant vos yeux..!

Le bronzage est à la mode depuis les années 30 et dans certains pays, il reste mal aimé…Et bien, ne vous déplaise, le bronzage n’a pas été créé pour faire beau sur vos clichés estivales mais bel et bien pour protéger votre chère et tendre peau. Cette mélanine, formée de mélanocytes, est une substance qui se situe dans la couche basale de votre peau. Elle provoque le hâle  en 2 jours après votre première exposition qui atteint son apogée en 20 jours de bain de soleil journalier. Mais nous ne sommes pas tous égaux devant notre ami le soleil…, à vous de trouver le votre car voici, ci-dessous les phototypes existants:

En conclusion,  les bains de soleil sont des moments très agréables mais des précautions sont à prendre devant lui:

  • En structurant votre temps d’exposition (heure, lieu, environnement…)
  • En protégeant votre chère enveloppe mais pas n’importe comment grâce à des produits solaires de qualité et adaptés à votre phototype que l’on doit renouveler toutes les 2 heures.
  • En s’hydratant et en se nourrissant correctement .
  • Ne pas oublier un parasol mais on bronze quand même dessous grâce à la réverbération des rayons sur le sol donc le produit solaire reste de mise.
  • Chacun à son capital solaire qui est différent suivant les individus.
  • En mettant chapeau, lunettes plus tee-shirts pour les enfants et les personnes à carnation claire.
  • La crème solaire et l’eau de la piscine ne font pas bon ménage 
  • En regardant de plus près les précautions d’emploi de vos médicaments, contraceptifs et huiles essentielles.

Nous sommes des êtres solaires alors je vous laisse tout à votre chaise longue mais en sachant jongler entre soleil et prudence. En espérant que cette carte postale de L’essen-ciel vous trouvera en forme… Bonnes vacances sous notre cher Soleilhou

 

Une bouée à la mer … Help !

Par défaut

ALERTE CANICULE: Je vous offre une rasade d’eau mais faites en bon usage car à la vue de ce film, l’eau est une denrée qui se raréfie et peut faire changer nos habitudes… Ceci est une bouée a la mer !

La politique de l’eau doit être reformée, demande Nicolas Hulot, notre ministre de l’écologie. Voilà une première bouée!

Chacun est maître de ses choix:

Nous sommes nous mêmes de petites cellules d’eau sur pattes et pour ne pas nous déshydrater nos besoins sont grands mais certains sont inutiles, voire superflus, alors à vous de faire le tri dans votre vie quotidienne. Au printemps, dans certaines régions, les nappes phréatiques 👈🏽 étaient taries d’où une inquiétude qui doit nous tenir en alerte.

Je vous présente mes 8 petites perles d’eau que je garde précieusement pour faire un collier à la planète.

1/ La douche: Je sais que l’été, la chaleur monte mais les douches à l’excès ne font pas bon ménage avec nos réserves d’eau, ni avec notre peau d’ailleurs. Pourquoi ? La peau a un film hydro lipidique qui fait une barrière aux agressions extérieures comme les microbes, il permet de réguler  l’hydratation, il permet d’entretenir une « flore cutanée » propre a chacun en clair elle nous protège donc chaque fois que vous utilisez un nettoyant vous la supprimez.

2/ Le coton: Je l’ai remplacé par des lingettes lavables 👈🏽 que j’ai fabriqué moi même avec une ancienne serviette en micro fibres . Une fois utilisées, je les glisse dans un sac en filet que j’insère dans ma machine à laver. La culture de coton réclame beaucoup d’eau…

3/ La viande: J’ai arrêté de consommer de la viande 👈🏽 pour plusieurs raisons dont le respect de l’animal mais également le fait que les animaux de boucherie consomment beaucoup d’eau et dégagent beaucoup de méthane par leurs pets ce qui polluent l’atmosphère .

4/ L’arrosage: J’ai opté pour un goutte à goutte au pied des plantes  ainsi que des arrosages minutés la nuit, le paillage est également préconisé . Tout cela par soucis d’économie d’eau mais aussi pour faire bénéficier d’un maximum de fraîcheur à la verdure qui m’entoure .

5/ La lessive: J’évite de laver à la main car nous consommons plus d’eau. Par ailleurs, j’utilise des lessives à base de savon de Marseille, du savon noir, du vinaigre blanc… des produits polluant un minimum la nappe phréatique et surtout pas d’adoucissant qui sont également allergisant pour la peau.

6/ Le nettoyage de la voiture: J’ai choisi de laver un minimum la voiture car ce n’est pas un indispensable et quand je décide de la bichonner je choisis d’aller dans une station équipée d’un appareillage « économie d’eau » car laver sa voiture chez soi dépense trop d’eau… Par contre, je suis toujours épatée de constater que certains astiquent  leurs voitures qui pourtant ne sont pas sales, à mes yeux.

7/ La climatisation: Je n’utilise pas de climatisation et je l’arrête quand j’en ai le choix comme dans certains hôtels. C’est une catastrophe écologique pour notre empreinte carbone car en émettant des gaz à  effet de serre nous réchauffons notre planète et plus nous réchauffons notre planète, plus nous achetons des climatiseurs. Par ailleurs, notre corps n’aime pas ces changements « chaud-froid » et notre immunité est mise à mal d’où des problèmes ORL mais pas que…! Si le climatiseur n’est pas entretenu, il génère des maladies qui peuvent être graves comme des paralysies faciales…

8/ Les glaçons: Je n’utilise pas de glaçons, c’est de l’eau inutilement consommée car il suffit de mettre la consommation choisie au réfrigérateur. Mais par ailleurs, c’est un mauvais service que vous rendez à votre organisme car cette eau glacée qui arrive dans votre corps détruit les nutriments de votre alimentation, pompe l’énergie de votre corps pour permettre à celui-ci de retrouver une température normale et amplifie le mucus qui va gêner la digestion. Ils peuvent également provoquer des maux de gorge.

Eau des espoirs:

Voici une ☝️ vidéo  du parcours de l’eau pour montrer à vos enfants combien ces gouttes réunies sont à choyer et les choses à mettre en place pour économiser l’eau . Toutes vos idées peuvent aider au mieux-être de notre chère planète. Je suis certaine que les bouées que vous avez mis en place sont intéressants à lire pour tous et peut-être aimeriez vous les partager ici. Si vous vous posez des questions, alors n’hésitez pas, à vos claviers !

Cat.

Les poumons du pays d’azur

Par défaut

Dans mes randonnées en chromothérapie, je vous propose un grand vent marin mais aussi fleuri et apaisant.

Le festival du film à Cannes vient de se terminer, La Croisette était en émoi durant ces derniers jours mais deux poumons existent pour s’aérer. Il s’agit des  » Îles de Lérins  » situées face à Cannes et je vous invite à voter pour qu’elles soient protégées et deviennent patrimoine de l’UNESCO 👈🏼 et ainsi pouvoir continuer à nous réfugier dans ces nids de verdure où l’Homme laisse la main à la nature…ou presque!

Des allées de puissants eucalyptus à cryptone amènent nos pas vers une ribambelle de cistes ladanifère, de cristes-marine, de fenouil doux et de quelques helichryses  italiennes… Ce cocktail odorant est à peine dérangé par des pins d’Alep en goguette, des algues iodées à souhait et ces « arapèdes » squatées par des bébés crabes ou autres visiteurs incongrus. Cette 👉🏼 abeille se sent au paradis et moi aussi car vous l’aurez compris, ICI est née ma passion pour les arômes et les plantes odoriférantes. Ces lieux ont baigné mes juvéniles vagabondages  et générés en moi ce plaisir olfactif et ce contact privilégié aux arbres que j’ai développé par la suite avec la phytothérapie 👈🏼.

Je vous invite à monter dans un bateau qui vous emmènera tranquillement (enfin si tout va bien, sinon l’huile essentielle de gingembre fait des merveilles:)))) découvrir ces petites respirations:

  •  Sur le premier poumon, l’île Sainte Marguerite, La main de l’Homme y a construit un château et enfermé notamment 👉🏼  « Le masque de fer« . Ce site historique est à visiter pour mieux comprendre le contraste entre cette nature bouillonnante et cette vie d’enfermement. 
  •  Sur Le deuxième poumon, l’île Saint Honorât, La main de l’homme a bâti un 👉🏼 monastère où l’on goûte non seulement un calme restructurant mais aussi un vin du cru, concocté par des moines et vendu avec parcimonie car le vignoble est à la taille de l’île. L’enfermement existe également dans ce lieu mais est volontaire. 

Voila comment deux Îles, empreintes de la même végétation abondante, laissent place à une vision humaine de séquestration, comme si le végétal rimait avec le spectral…enfin c’est un regard  qui m’est personnel…


Quelle est votre vision au sujet d’un lieu verdoyant, cher à votre coeur ? À vous de me le d’écrire…Cat

Journées mondiales du livre et de la terre

Par défaut

Hier, 22 avril, nous fêtions notre terre mais surtout notre environnement…

Cet anniversaire est important puisqu’il célèbre, mondialement, le mal-être de notre planète qui est en perdition alors c’est un gros travail pour relever la barre!… ET HOP, JE ME TRANSFORME EN ARBRE 👈🏽 pour m’enraciner à cette terre que nous foulons de nos petits pieds 👈🏽 et qui a tant besoin de nous tous…

Mais l’avènement de cette date correspond à quoi? Ce jour se fête depuis 1970 et sa naissance correspond à la volonté du sénateur américain, Gaylord Nelson. Il faisait un appel auprès des étudiants pour qu’ils montent des projets de sensibilisation sur l’environnement dans leur entourage. Chemin faisant, nous voila en 2017 et plus de 180 pays participent à cette journée pourtant, il y a encore tant à faire!

Aujourd’hui, 23 avril est un autre moment important puisqu’il s’agit de la journée mondiale du livre 👈🏽 alors voilà un lien tout trouvé pour moi qui me suis transformée en arbre pour aider la terre.  Je vais devoir me convertir en livre et être donc abattu … À vous de me secourir en votant (Ben oui! c’est aussi la bonne journée, NON?)

LE JEU: Alors,  à vos claviers pour expliquer votre préférence et ainsi gagner un livre surprise…!

Oui mais comment ? Vous votez sur ce blog ou  sur Facebook ou sur Instagram en répondant à une des 2 questions ci-dessous et en invitant des amis à jouer. Le tirage au sort aura lieu le samedi 29 avril, JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA DANSE 👈🏽 … À bientôt. Cat.

🔲 Je lis sur une tablette électronique et pourquoi…?

🔲 Je lis sur un livre papier et pourquoi…?             

Le foie, organe du printemps, est à la fête

Par défaut

Aujourd’hui, nous allons fêter le foie comme dans la médecine chinoise ou indienne (Ayurveda) et pour que notre été soit plus serein, nous allons jouer à sortir nos poubelles.

L’hiver, nous hibernons façon humain du 21eme siècle en mangeant davantage et pas forcément équilibré car la lumière nous manque et se restaurer « gras et sucré » nous rassure. Notre immunité joue de l’accordéon  ainsi les maladies ont plus de prise sur nous et nos batteries sont en berne. Alors, avec ou sans starter, nous sommes… raplaplas!

À la fin de l’hiver, nous devons réparer et régénérer cet émonctoire qui a pour fonction de drainer, filtrer et épurer les déchets toxiques et les toxines mais d’autres travaux lui incombent comme libérer et renouveler des substrats énergétiques et enfin réguler et réparer les tissus organiques. Et NON! Tout cela n’est pas une mince affaire alors pensez à moi…

Moi le foie, je suis votre essentiel et le grand draineur de votre organisme, j’ai à peu près 500 fonctions:

Je tue les virus, les microbes et neutralise leurs toxines… J’inactive et j’évacue les substances toxiques consommées… J’extrais de votre sang, les déchets des métabolismes cellulaires et les déchets intestinaux… Je m’occupe de la bile, du glucose, du glycogène et de l’urée…. Je fabrique, je trie les globules rouges et je suis une réserve de fer. Je retiens les lipides et les transforme. J’interviens dans la production du cholestérol. Je fixe les matières protéiques. Je suis le nid de la fibrogène qui favorise la coagulation du sang et la vitamine K...             WHAT ELSE ?

La maladie est le signal d’alarme du corps quand il ne peut pas s’auto-guêrir. Il nous envoie alors des signaux d’alarme et quand il y a un déséquilibre du foie comme:

Le teint jaune (ictère, problème de bile), des tintements d’oreilles, des vertiges, des migraines, des insomnies, des larmoiements ou même des états dépressifs… Attends, j’oublie d’autres joyeusetés comme le teint brouillé, La fatigue, La digestion lente, des nausées, des ballonnements, de l’aérophagie, des lourdeurs voire des intolérances (crème fraîche, œufs…)…

N’en jette plus la coupe est PLEINE, vite, il faut que je réagisse mais comment? 

Pour detoxifier et detoxiner notre foie, il faut commencer par supprimer:

Les toxiques comme le stress, les émotions, l’alcool, la cigarette, les drogues, le café, le thé, le sucre, certains médicaments, les métaux lourds, les pesticides, la pollution et le plus facile l’alimentation transformée et industrielle.

Les toxines: que l’on a engrangé durant l’hiver comme les maladies et ses conséquences ainsi que le propre fonctionnement de tous nos émonctoires…Je veux permettre à l’organisme de les éliminer!

MAIS COMMENT?… VOILA, VOILA, J’Y VIENS, PAS D’IMPATIENCE … (la colère est mauvaise pour ton foie) JE SAIS, JE SUIS UN PEU LONGUE MAIS C’EST POUR MIEUX TE … MON ENFANT!  

JE PRIVILÉGIE MA MAISON-CORPS EN 7 PHASES:

1/ L’ ALIMENTATION EST MA PREMIERE PIERRE A L’ÉDIFICE :

Manger bio car les pesticides sont des toxiques. Manger sainement en privilégiant les fruits et les légumes verts. En éliminant les graisses cuites, les charcuteries, les viandes rouges, le sel et le sucre 👈🏽 cachés, les édulcorants, le lait de vache, les plats industriels et les aliments vides (riz blanc, sucre blanc, farine blanche).

Préférer le lait végétal, les yaourts brebis ou chèvre, les oléagineux, les huiles végétales crues. Si vous sucrez, préférer le sirop d’agave ou d’érable ou le miel. Opter pour le complet (riz, sucre, farine, céréales). Visiter d’autres farines comme celles de sarrasin, maïs, souchet, châtaigne… Les céréales (quinoa…) et les légumineuses (lentilles corail…). La cuisson douce au cuit vapeur (style Vitaliseur) est à privilégier. Renoncer au barbecue en lui préférant la plancha…

Mes coups de coeur « primeur » pour filtrer mon foie et éliminer la bile sont l’ananas, le cassis, la cerise, la fraise, l’asperge, la carotte, le cresson, l’artichaut, l’asperge, Le fenouil, le radis noir et le citron.

Mes petites plantes numéro 1 pour l’évacuation de la bile sont le romarin, la chicorée sauvage, le curcuma, la menthe poivrée, la verge d’or, le pissenlit et la boldo.

2/ MES STARS EN PHYTOTHÉRAPIE:

– Le bouleau: Je vous en parle en détails ICI👈🏽

– Le chardon marie qui est un réparateur du foie, un tonique et un régénérateur.

– Le fumeterre qui équilibre les sécrétions de la bile, régule le foie et favorise le sommeil.

– La pensée sauvage qui a une action dépurative en drainant le foie. C’est une rééquilibrante entre nos fonctions hépatiques et rénales. Elle permet de favoriser l’abaissement de l’acidité du corps, ce qui permet de repousser les inflammations et de rebooster la circulation. C’est une amie de la peau car celle-ci est le reflet de notre monde intérieur.

Un conseil: Ces 4 plantes se prennent en cure de 21 jours sous forme d’ampoules, de gélules, d’infusions ou de sève.

3/ MON OLIGO-ÉLÉMENT DE POINTE:

Le sélénium qui permet d’éliminer les toxiques médicamenteux en le combinant avec de la vitamine C comme l’acérola. Il permet un meilleur rendement musculaire pour les sportifs et il apaise le coeur.

4/ MON AROMATHÉRAPIE IDÉALE:

Les huiles essentielles qui ciblent le foie comme le citron, la carotte, l’oranger doux, la livèche, le celeri, le romarin à verbénone, l’hélycrise italienne, le lédon du Groenland et le persil. L’huile essentielle de pamplemousse réprime le besoin de sucre (1 goutte sur le poignet à respirer).  🚨Les HE sont déconseillées aux femmes enceintes, allaitantes, aux enfants et aux épileptiques. Certaines sont photosensibilisantes et il est recommandé de toujours faire un test de sensibilisation avant emploi. N’hésitez pas à me demander un conseil.

5/ MON COCKTAIL D’HYDROLATS PRÉFÉRÉ:

  •  50cl de romarin à verbénone
  • 50cl d’hélicryse italienne
  • 50cl de carotte
  • 50cl de genévrier

Préparation: Mélanger le tout et en prélever 1 cuillère à soupe et la verser dans 1/2 litre d’eau. Boire toute la journée pendant 21 jours.

6/ L’EAU EST MON AMIE:👈🏽

N’hésitez pas à faire connaissance avec les soins liés à l’eau comme le hammam, le sauna, le massage du corps sous affusion, la pulvérisation d’ozone, le gommage de sel marin, un masque à l’argile, une cure de spiruline ou de chorella… ET SURTOUT BOIRE DE L’EAU (1 litre 1/2 min. par jour).

7/ LE SPORT ET L’ACTIVITÉ CORPOREL SONT DE SORTIE:

L’aquagym 👈🏽, le pilates, le yoga 👈🏽, le yogalates, le yoga du rire, la méditation et la 👉🏽 randonnée… s’invitent, inévitablement, dans ce grand mieux être printanier car ils participent à l’harmonie du corps et de l’esprit.  Ils sont également de grandes respirations pour apaiser le stress.

ET JE N’OUBLIE PAS MA MAISON-MUR:

J’aère, je range, je trie, je diffuse, j’accepte… mais je vous en parle mieux 👉🏽 ICI

L’ÉTÉ PEUT ARRIVER, ME VOILA PARER POUR L’ACCUEILLIR ET AINSI METTRE COMPLÈTEMENT MON ESPRIT AU VERT ET CELA SE NOMME: VACANCES…👈🏽

Et vous, que faites vous pour préparer vos maisons corps-esprit-mur? J’accepte volontiers vos trouvailles et toute votre science personnelle pour les ajouter ICI!

Cat, Hygieniste-naturopathe, éducatrice yoga enfants…

Le renouveau rime avec Journée internationale sans…?

Par défaut

Le 20 mars est le premier jour du printemps mais aussi « La journée internationale sans viande » et cette journée existe depuis 1985…! Elle peut se prolonger à votre rythme et seulement si vous le souhaitez… Je vous laisse seul juge:

Ce 33ème anniversaire de l’association américaine FARM relayée par une association francophone 👈🏽 met en avant 3 enjeux ou plutôt 3 respects:

Vous avez toutes les cartes en main pour faire votre choix mais peut-être  avez vous une autre carte que vous désirez partager ICI…avec nous tous!? Cat.

La bio-attitude…

Par défaut

La télé diffuse BIO, les journaux écrivent BIO, les blogs vous parlent BIO, les magasins étalent du BIO à tous les rayons… Le message commence à arriver aux oreilles de tous (ou presque)… Et pourquoi pas VOUS?

Tout d’abord le BIO est-il une mode? Les premiers magasins voient le jour:

  •  La vie claire: en 1948
  • Naturalia: en 1973
  • Biocoop: dans les années 70

Je vous entends, de ma fine oreille, dire:

« Je suis partant car les pesticides ne sont pas les bienvenus dans mon assiette. »…. »Je ne suis pas masochiste et je refuse d’engraisser ces producteurs de poisons »…. « Si les abeilles meurent avec les pesticides c’est que ce n’est donc pas  joli, joli! »…  » Mon enfant baigne dans les pesticides jusqu’au cou, à l’école car elle est entourée de champs cultivés. » Je vous passe les diverses insultes telles que « moule à cake » ou « bachibouzou »… (J’ai choisi les plus soft car sinon elles seront censurées!🔲)

Ces questions, vous vous les êtes peut-être posées:

« Mais pourquoi je mettrais du BIO dans ma vie déjà assez compliquée…? »

« Et, si jamais je fais le grand saut, comment décrypter tous les logos BIO qui ornent nos packaging…? »

« Le BIO est plus cher… »

« Je veux faire travailler mes petits maraichers même s’ils ne sont pas BIO… »

D’autres questions n’arrivent pas jusqu’à ma petite oreille-radar car elles se chuchotent et j’ai perdu mon ouïe de Cat chat…

Pourquoi mettre du BIO dans votre vie? Pour manger sans et avec… cher?

  •  SANS: pesticides… OGM… aliments « vides »… le monopole des lobbies…
  • AVEC: du goût… des nutriments retrouvés… le respect de la terre, des animaux, de l’écosystème, de l’Homme et de l’agriculteur… solidarité…amour des saisons…
  • CHER? vaste problème... et même si le bio  est un peu plus cher (quoique!) il sera toujours moins cher que des aliments vides…
  • EN CONVERSION… La parole est à vous…!

BIO d’accord mais discutons de labels alimentaires:

Cela vous paraît  « La marre 😉aux canards » car vous faites de la brasse coulée alors hop! Voilà la classe de pêche au rattrapage:

DEMETER: C’est la marque historique de la biodynamie car elle a vu le jour grâce à R. Steiner en 1924. C’est une démarche qui est holistique car outre le règlement européen, elle intègre une démarche philosophique qui intègre le calendrier cosmique et planétaire, rajoutée à  des préparations naturelles. Ainsi la ferme est considérée comme une entité garante de l’équilibre et de la santé pour la terre et l’homme… Le logo Biodyvin a les mêmes contraintes pour le vin.

NATURE ET PROGRÈS: C’est un logo français qui voit le jour en 1972. Son cahier des charges est celui de l’AB mais avec  des exigences rajoutées par les adhérents (consommateurs et exploitants) qui amènent un cadre draconien (zéro antibiotique, pas d’ensilage et très peu de mutilations…).

BIO COHÉRENCE: Cette estampille date de 1999, elle est plus sévère que l’AB puisqu’elle englobe du 100% bio ainsi qu’un développement paysan responsable qui refuse les OGM, les farines de plumes (engrais), les serres chauffées, les composts d’ordures ménagères, la densité de la ferme et l’exploitation des salariés.  Vous ne trouverez ce logo qu’en magasins spécialisés Bio et non en grandes surfaces.

ENSEMBLE SOLIDAIRE: Cette marque est issue de Biocoop qui permet un système participatif car l’agriculture bio, paysanne et locale permet aux producteurs de vivre correctement grâce à des circuits courts, équitables, solidaires et durables. Plus de 500 produits sont garantis français donc non importés avec une traçabilité détaillée.

AB ET LOGO EUROPÉEN: Le premier est le bio historique français qui a abouti sur le bio européen suite à l’ouverture de notre pays sur l’Europe en 2009. Il est obligatoire sur les produits emballés dans l’UE et non UE. Il est garant de respect de l’environnement et du bien-être animal. Son cahier des charges interdit les produits de chimie de synthèse (pesticides…) et  des OGM au niveau de la culture et  de l’élevage (100% bio) mais la transformation est autorisée à 95% bio minimum. Il est donc moins sévère que les précédents …!

ET PUIS, IL Y A TOUS CEUX QUI SONT EN CONVERSION QUI, JE L’ESPÈRE, SERONT DE PLUS EN PLUS NOMBREUX. SI TOUTE LA FRANCE, VOIRE TOUTE L’EUROPE, SE TRANSFORMAIT EN UN GRAND CHAMP BIO CELA SERAIT PLUS FACILE POUR LES CONSOMMATEURS ET NOUS COÛTERAIT MOINS CHER. IL SUFFIT DE SE METTRE D’ACCORD SUR LE LOGO CHOISI… CELA SERA UNE AUTRE LONGUE ET GRANDE HISTOIRE…!

CET ARTICLE EST PARTICIPATIF: Faites vous partie de La BIOattitude? Ou êtes-vous en conversion personnelle? Ou peut-être absolument contre? Quels sont vos SANS ou vos AVEC ou CHER?… Si vous avez d’autres idées, partagez-les et je les intégrerai à ce post! ABientot. Cat.

Ps: Mon conseil, le livre de Jean-Marie Pelt « Cessons de tuer la terre pour nourrir l’homme. » Éd. Fayard

VOS APPORTS: Les insectes 👈🏽 sont nécessaires 👈🏽 et utiles, il ne faut pas les détruire coûte que coûte. (invitation sur 2 blogs de jardiniers)

La permaculture est aussi une solution mais en n’utilisant pas d’apport animal comme  suggéré par les 👉🏽 « veganautes qui citent le livre de Graham Burnett « The vegan book of permacultur ».

Les lundis de l’environnement: C comme canis lupus ou comment ménager la fascination de l’homme pour le loup?…

Par défaut

« C comme… Canis lupus, ou comment ménager la fascination de l’homme pour le loup ? ».
Aperçu par Michaël BOURU,
A.T.E.R en doctorat de droit.

image

Le loup, encore identifié sous le qualificatif de canis lupus, est une espèce strictement protégée par le droit : la Convention de Berne de 1979 relative à la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel ou encore la Directive de 1992 relative à la conservation des habitats naturels. Si ces textes sont catégoriques à propos de l’interdiction d’abattage et de la mise à mort intentionnelle, ils sont néanmoins assortis d’exceptions – comme à l’habitude en droit – à savoir que l’abattage est possible s’il a pour objectif de prévenir des dommages importants au bétail, à condition toutefois qu’aucune autre solution ne soit possible et que l’abattage ne nuise pas non plus à la survie de la population des loups sur le territoire. Des exceptions qui demeurent toutefois acceptables dans un esprit de cohabitation. Ainsi, si l’homme peut invoquer la légitime défense ou l’état de nécessité pour commettre une infraction et préserver son intégrité, le droit prévoit que les loups peuvent être abattus afin de préserver la défense des troupeaux. Un savant mélange de sauvegarde de la vie d’un côté et de permission de tuer de l’autre. Tout est ainsi affaire de cohabitation entre la faune sauvage et les activités humaines.

image

En pratique, le Gouvernement prend chaque année un arrêté ministériel autorisant l’abattage des loups. Faut-il voir dans cette pratique redondante, qu’apparemment, le Gouvernement part de l’hypothèse – qui nous semble infondée – que l’intégrité de la population des loups n’est pas globalement menacée sur le territoire? D’ailleurs, si redondance de la pratique il y a, l’on peut alors émettre personnellement l’hypothèse qu’en pratique, les agents concernés par cette forme de légitime défense au profit de leurs troupeaux est en même temps la marque que ces acteurs ne s’équipent pas suffisamment pour éviter que les troupeaux soient justement menacés. L’on peut ainsi regretter que l’arsenal préventif ne semble pas à la hauteur d’une espèce que nous devons au maximum préserver.

image
Pour l’année 2015-2016, trente-six loups 👈pouvaient ainsi être abattus. Or, trente-quatre ayant déjà été abattus mi-décembre, le Gouvernement s’est de nouveau saisi sur la question de savoir s’il devait autoriser de nouveaux quotas. C’est ainsi que les préfets se sont vus demandés d’abroger les autorisations de tirs de prélèvements pour augmenter les quotas de six spécimens supplémentaires. Si la démarche a fait l’objet d’une👉 consultation publique que l’on peut saluer – d’une part car c’est une obligation en droit de l’environnement, d’autre part car ce choix permet de recueillir l’avis des spécialistes comme des citoyens – l’entreprise de destruction elle-même interroge. À la fois car le loup est, comme nous l’avons précisé antérieurement une espèce protégée, à la fois car la question de la conformité de cet arrêté au droit communautaire laisse planer certains doutes tant les exceptions agitées par le gouvernement français semblent artificielles. Une raison principale : les textes européens précisent que l’abattage n’est possible qu’à la condition d’être nécessaire. Or le droit français anticipe annuellement cette nécessité et fixe un quota maximal d’abattage par avance.

image

Comment pouvons-nous abattre uniquement par nécessité tout en prônant se conformer à un seuil maximal ? La nécessité ne doit-elle pas justement être considérée comme l’ennemie de l’anticipation ? La nécessité n’est-elle pas synonyme de fatalité ?
De même, la pratique surprend d’autant plus que cette même nécessité est bafouée lorsque préfets et Ministère autorisent que le loup soit encore abattu à l’occasion des battues de grands gibiers : battues administratives et ordinaires. Or, qu’en est-il encore une fois de cette condition de nécessité ? Si battue il y a, d’une part elle doit éviter l’abattage des loups qui ne sont pas concernés par essence comme gibier nuisible ; d’autre part, une battue qui s’en prendrait intentionnellement au loup viendrait justement contredire la disposition selon laquelle l’abattage n’est possible que lorsqu’un troupeau est menacé. (Sauf à considérer qu’un groupe de chasseurs organisant une battue est un troupeau, ce qui en soit n’est peut-être pas faux à propos des humains agissant en pareille situation, mais qui n’est à juste titre pas considéré comme tel par le droit comme par la langue française).

image
Toujours est-il que ces exceptions prévues par le droit européen ne sont pas respectées à la lettre par le pouvoir réglementaire français et qu’elles sont encore une fois la marque d’un lobbying de chasse puissant agissant auprès du pouvoir exécutif, l’illustration d’une carence de moyens chez les éleveurs👈 ou encore la représentation d’un manque de suivi et de contrôle des dispositifs de protection des troupeaux par les autorités administratives… En somme, la négligence de l’exécutif dans toute sa splendeur…
En ce sens, certains spécialistes et Organisations non gouvernementales remarquent justement que le gouvernement n’est pas pointilleux sur le respect des dispositions communautaires. Il faut donc positivement accueillir le fait que de nombreuses associations de protection de l’environnement, sorte de garde-fou de préservation de la nature et de la biodiversité dans notre droit contemporain, ont agi contre l’Etat français à propos de la non-conformité de ses arrêtés ministériels au droit européen (les arrêtés initiaux sur le permis d’abattre, comme les ultérieurs relatifs à l’augmentation d’abattage).

imageimage

Plusieurs arguments sont ainsi développés, reflétant les constats précédemment exposés : l’aspect relativement négligeable des dégâts causés par les loups, la négligence avec laquelle les éleveurs protègent leurs propres troupeauxregroupement nocturne, clôture électrifiée, chiens de protection parmi tant d’autres exemples – ou encore un abattage ne permettant pas de sauvegarder l’intégrité globale d’une espèce qui peine à se maintenir, voire qui régresse substantiellement.
Si les acteurs concernés par la sauvegarde des troupeaux n’entendent pas cette problématique sur le même front, le dilemme révèle au final que le Gouvernement👈 mène en la matière une politique très ambiguë et laxiste, voire tout simplement détournée de la préservation de l’environnement et du développement durable. Au point que le Premier ministre actuel mène justement la « valse » (faut-il voir ici un truisme facile entre l’identité de l’homme et sa démarche !), notamment celle de👉 vouloir déclasser le loup comme espèce strictement protégée. Un projet très révélateur de l’incapacité actuelle à préférer une politique réellement préventive fondée sur l’équilibre d’une cohabitation durable entre l’homme et celui qui précédait son existence.

image

Le Canis lupus continue de fasciner l’homme. Alors continuons de préserver une fascination qui pourrait malheureusement être axée à l’avenir sur un malheureux souvenir… Et pour vous, que représente le loup pour vous? Cat et Michael

Les lundis de l’environnement: C comme corail de Nouvelle-Calédonie ou mort annoncée d’une espèce

Par défaut

« C… comme corail de Nouvelle-Calédonie, ou mort annoncée d’une espèce fragilisée ! »
Aperçu par Michaël BOURU.
A.T.E.R en doctorat de droit.

image

Comme toute ressource d’une particulière exception, l’écosystème marin de Nouvelle-Calédonie a la chance – et c’est même une nécessité – d’être inscrit au👉 patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2008. Si cette zone corallienne résistait jusqu’à présent aux phénomènes récurrents de blanchissement des coraux, la communauté scientifique semble s’inquiéter ces derniers mois de la progression d’un tel trouble dans les récifs et lagons de Nouvelle-Calédonie. Un 👉 signal alarmant car ce blanchissement résulte en principe d’une perte d’algues symbiotiques habituellement contenues dans les tissus des coraux, ou encore d’une régression de la concentration de pigments photosynthétiques qui colorent ces mêmes algues. Un risque incommensurable, tendant à l’irréversibilité de la dégradation : 👉ce phénomène altère substantiellement la croissance, la fertilité, la reproduction ou encore la mort des coraux.

image
Mais quels sont les facteurs de cette situation écologiquement désastreuse ? L’Homme me direz-vous ? Pas directement, mais à sa manière, d’une certaine façon ! De prime abord, il s’agit principalement des changements environnementaux tels que les radiations ultra-violettes, la régression de la salinité des eaux ou encore les infections bactériologiques. Plus directement par l’Homme, il s’agit de l’élévation des températures de surface des eaux. Par l’Homme car nous savons déjà que cette augmentation résulte notamment de la pollution et des activités ayant un impact sur l’environnement. D’ailleurs, la seule élévation du mercure entre 1 et 2°C suffit malheureusement à entretenir le phénomène. Il semble dorénavant difficile de revenir en arrière, mais pas impossible d’en limiter les conséquences et l’aggravation actuelle. Alors réjouissons-nous de ce constat, même tardif, au titre duquel la communauté scientifique s’évertuera à agir sous le prisme du développement durable.

image
On se rend compte que même lorsque le Droit entreprend la démarche d’accorder une protection juridique particulière à un élément naturel, le Droit révèle aussi les limites de son pouvoir d’action. Il est un moyen de lutter contre certaines dégradations certes, mais il ne peut absolument pas être perçu exclusivement comme une finalité suffisante et autonome. Les autres domaines scientifiques sont donc censés compenser les limites des prérogatives du Droit. C’est en tout ce que s’entêtent à entreprendre des équipes de chercheurs scientifiques, notamment en surveillant le phénomène. L’on observe d’ailleurs pertinemment que l’irréversibilité est à ce point entamée que même pour les espèces coralliennes habituellement les plus résistantes – l’on pense au Pocillopora – elles sont actuellement les plus touchées par le blanchissement.

image

Mesdames, Messieurs, lorsque l’environnement ne parvient même plus à s’auto-régénérer ou à lutter pour sa propre survie, c’est qu’il est déjà trop tard pour conserver l’intégrité de l’élément fragilisé ! Même les actions de compensation au sein d’autres milieux naturels paraissent inutiles.

Finalement, le corail blanchit, se fragilise et entraîne des conséquences systémiques : les espèces animales marines en pâtissent nécessairement, notamment leur diversité et les côtes néo-calédoniennes se fragilisent à terme (risques d’érosion…) Lorsque nous parviendrons à agir toujours plus en amont de la réalisation de ces risques, nous aurons compris que le concept de compensation écologique a des mérites de connaître dans le futur des jours heureux… au moins pour sauver la vie d’une espèce dont la mort semble prématurément annoncée… 

image

Je ne connais pas cet endroit magnifique mais j’aimerais le visiter un jour avant que l’humain ne le détruise  et que les animaux ne puissent plus vivre dans cet espace magique … Et vous, connaissez vous d’autres lieux marins touchés par l’être humain…? Cat et Michael

Ma « non routine » en beauthérapie

Par défaut

L’alimentation est LE premier critère pour avoir une belle peau car la façon dont vous donnez du carburant à votre organisme va transparaître inéluctablement. 

image

Mon soin quotidien au naturel change suivant l’état de ma peau: celle-ci jongle avec des critères comme (les saisons, les voyages, la pollution, les intempéries, la maladie, les opérations, le sommeil, la fatigue, la climatisation, les décalages horaires, le stress, un environnement de fumeurs…) et donc la routine n’en n’est réellement pas une car je n’utilise jamais les mêmes produits ce qui ne favorisera pas le phénomène d’accoutumance. Dans tous les cas de figure, je bois à peu près 1 litre 1/2 d’eau par jour ce qui favorise l’hydratation.
Je me suis donc tournée vers le naturel mais pourquoi ?

  •  Suite à mes emplois dans le milieu du cosmétique et de l’esthétique de « luxe »
  • Après avoir testé de nombreuses marques (plus ou moins prestigieuses).
  • Après avoir pratiqué, vu et lu de multiples tests-labo.
  • Après avoir pris connaissance de tous ces composants chimiques voulant reconstituer les bienfaits de telles ou telles plantes…
  • Conclusion: Je me suis avouée que finalement pourquoi ne pas utiliser les plantes dans leur état le plus simple…

image

Les plantes en tenue d’EveMes luxes actuels? Fabriquer ma petite beauthérapie personnelle bio, ré-utiliser le flaconnage, créer des synergies adaptées, utiliser des composants phyto-aroma-culinaires à l’état pur et donner des conseils personnalisés dans ces domaines. En bref, me faire plaisir et partager sans créer de nocivité quel qu’elle soit…( santé et environnement…)

                                    Types de peaux :

Critères d’une peau « normale »:
– Aspect : couleur rosée et satinée,
résistante aux intempéries,
desquamation non visible.
– Au toucher : C’est une peau zéro défaut comme une peau d’enfant, c’est à dire, souple, unie, tendue avec une couche adipeuse d’une épaisseur moyenne.
– Son pH (acidité) se trouve entre 4,5 et 6,5.
Critères d’une peau sèche :
– Aspect : terne, légèrement fripé, fragile, manque de transparence, peut présenter de la couperose et des ridules.
– Au toucher : Peau fine, rugueuse, atone ( manque de souplesse et d’élasticité et se desquame.
– Déshydratée ( baisse d’eau) ou « délipidée » (baisse de lipides).

Critères d’une peau grasse :
– Aspect : brillant ou luisant, pores dilatés, présence de comédons (points noirs), de séborrhée excessive qui peut dégénérer en boutons ou en kératose.
– Au toucher : Peau épaisse, plus ou moins « huileuse », résistante devant les intempéries et face aux agents extérieurs .
– Surtout pas de produits décapants car ce sont des excitateurs et la peau se protège en fabriquant à nouveau une barrière lipidique.

image 

                                       SPÉCIFICITÉS :

Peau mixte : plan médian gras avec plan latéral normal ou sec.
Peau sensible :⏩ très fine, fragile et réactive.
Peau mature : ⏩flétrie, rides (visage, cou et yeux👈), très atone, tâches pigmentaires…
Affections diverses : les acnés, dartres, eczémas, psoriasis, éphélides (tâches de rousseur), rougeurs inflammatoires, érythème solaire, chloasma (masque de grossesse), allergies de contact ou pas, purpura, œdème des paupières…

Se nettoyer ou se démaquiller le visage et le cou est un geste instinctif, chez moi ainsi la peau est prête à accueillir le soin que je lui prodigue. Je me sens légère et prête à me blottir sous mes draps et ma peau me le rend bien!

Ma beauthérapie du moment ?
Démaquillage des yeux avec de l’huile de noisette : j’humidifie une lingette réutilisable (ex: photo ci-dessous) et j’y verse 2-3 gouttes d’huile puis je descends mon mouvement du sourcil jusqu’à la pointe des cils (yeux fermés).

image
Démaquillage ou nettoyage du visage et du cou avec de l’ huile de pépins de raisins: je fais couler 4-5 gouttes dans le creux de ma main et avec l’autre, je désincruste en faisant des petits ronds en insistant sur les tempes, les sourcils, le cou et les ailes du nez. Puis, douche florale avec un spray d’hydrolat de rose : je diffuse sur tout mon visage et mon cou une pluie de senteur que j’essuie aussitôt avec une lingette-maison et je recommence si besoin est… !
Protection du matin avec mon huile de pépins de tomate : dont je vous parle 👉ICI. Je vous conseille de l’appliquer sur le visage, le cou et le décolleté.
Cocooning du soir avec ma macération  solaire: je vous en parle 👉ICI. Je vous conseille de l’appliquer en faisant des techniques manuelles comme le dessin ci-dessous.

img_5941
Gommage hebdomadaire 👈en insistant sur la partie médiane .

image
Masque hebdomadaire avec un mélange douceur : 2 cuillères à soupe d’argile rose, 1 cuillère à soupe de macérât huileux de calendula et 2 cuillères à soupe d’ hydrolat de ciste de ladanifère. Je me fais des petites compresses pour les yeux avec du thé et de l’hydrolat de camomille.

J’en profite pour adopter ma position à l’horizontale préférée, Shavasana (en Sanskrit) pendant 5-6 mn à ne rien faire à part MÉDITER, ce qui n’est pas si aisé que l’on pense!

image

Et vous, avez vous adoptez la beauthérapie naturelle? Est-ce que méditer vous dérange? Ou peut-être n’avez vous pas essayé? Je vous propose alors d’aller sur Zentonik👈 où je parle d’une méditation ludique qui peut vous aider à retrouver votre âme d’enfant qui dort en vous!  À bientôt… Cat