L’arbre de la vie climatique

Suite aux énormes intempéries dans la Vésubie et la Tinée, au-dessus de Nice (06), je m’inquiète. Les éléments se déchaînent et nous écoutons d’une oreille distraite ce qui frappe à notre porte. Notre vie est-elle complètement engluée par un quotidien boulot-metro-dodo au point de ne plus lever le nez en se départissant de notre jugement… La question est posée…

Pourquoi nous devons nous diversifier pour résoudre le réchauffement climatique ?

Par Summer Praetorius,

Les données sont claires: les taux actuels de rejet de dioxyde de carbone sont 10 fois plus élevés que même la catastrophe naturelle de carbone la plus rapide (1) des archives géologiques, qui a provoqué un monde misérable sous serre d’océans acides manquant d’oxygène, déclenchant une impulsion d’extinctions. (2)

Malgré les preuves du changement climatique anthropique, les opinions sur la gravité et l’impact du réchauffement climatique divergent comme des points de ramification sur un vieux chêne noueux (ci-dessous).

Praetorius_BREAKER

La première division est entre les négateurs et les accepteurs; seule la branche du déni ne va nulle part – c’est juste une souche morte, qui n’est plus soutenue par les nutriments des preuves. La prochaine bifurcation porte sur la cause profonde du changement climatique. Les naturalistes disent que «le climat a toujours changé», ce qui, outre le fait d’ignorer les preuves que l’augmentation récente du dioxyde de carbone provient de la combustion de combustibles fossiles, (3) est une tactique de détournement pour faire dérailler des conversations significatives en affirmant l’évidence. Bien sûr, le climat change constamment; la variable pertinente est la vitesse à laquelle il le fait.

Si nous suivons la ligne de démarcation qui accepte les preuves du changement climatique induit par l’homme, la prochaine grande division se situe entre ceux qui considèrent le réchauffement climatique comme une bonne chose et ceux qui le considèrent comme une mauvaise. Les premiers considèrent un Arctique sans glace comme une aubaine commerciale pour l’extraction de pétrole ou les villes étouffantes comme un marché en expansion pour les climatiseurs, ou ils sont votre oncle désemparé plaisantant sur la valeur de sa propriété qui augmentera parce qu’elle deviendra soudainement une propriété en bord de mer.

Les alarmistes sont étiquetés «Cassandras of doom». Mais elle avait raison. Le problème est qu’elle a été ignorée.

Une petite parenthèse pour vous livrer le secret de Cassandre et son portrait

Ce point de vue est perché sur une prémisse naïve selon laquelle la stabilité prévaut toujours même au milieu de la sous-cotation progressive des systèmes qui la rendent possible. Il néglige le fait que l’accélération des taux de changement rend la probabilité de franchir les seuils beaucoup plus probable.

Si vous continuez à suivre les points de branche de plus en plus haut, vous arrivez à une scission dans la messagerie autour des perspectives d’avenir. Cela pourrait même être entre deux climatologues ayant des antécédents similaires – dont certains sont aux prises avec un chagrin écologique (4) et une dépression à cause des récifs coralliens mourants et du monde dont leurs enfants hériteront, tandis que d’autres semblent toujours garder la tête haute, affirmant que c’est la seule façon communiquer et résoudre le problème, c’est s’assurer qu’il est enveloppé d’un arc de positivité.

La vision divergente de l’avenir est comme la vieille bataille géologique du gradualisme contre le catastrophisme. Les gradualistes ont affirmé que ce sont des processus lents et réguliers comme l’érosion qui ont façonné la terre. Les catastrophes ont souligné les événements d’extinction dans les archives fossiles comme la preuve d’événements épisodiques qui ont ponctué le statu quo et complètement modifié les bio et géosphères de la Terre – des événements tels que les impacts d’astéroïdes ou les catastrophes de carbone induites par le volcanisme. Les deux, il s’avérerait, avaient raison. Ils indiquaient simplement différentes périodes de l’histoire de la Terre – différentes pentes sur le graphique – affirmant catégoriquement qu’ils avaient la preuve pour étayer leur affirmation.

Si nous devions considérer ce dualisme en termes de personnalité, nous tomberions tous quelque part dans le spectre du gradualiste au catastrophiste. Les gradualistes s’attendent à des taux de changement plus ou moins stables. Ils ont de l’argent en bourse; confiance en la stabilité. Ils sont enclins à croire que la science élaborera une solution au changement climatique. Les catastrophes ont un respect sain pour l’inattendu. Ils stockent leur argent dans l’or et l’enterrent sous le pommier, considérant chaque jour comme mûr pour l’effondrement: tremblement de terre, bourse, tsunami, bolide. Les catastrophistes ne sont pas des gens patients.

Les perspectives divergentes de l’avenir sont comme la vieille bataille géologique du gradualisme contre le catastrophisme.

Le fait est que le changement climatique viendra à la fois lent et régulier ainsi que rapide et furieux, reflétant les changements moyens à long terme de la température mondiale et les extrêmes à court terme qui continueront à devenir de plus en plus scandaleux à mesure que le système absorbera de l’énergie. Les cinq dernières décennies ont été dans une certaine mesure lentes et régulières parce que les océans ont absorbé une grande partie de l’énergie thermique excédentaire (5) , nous protégeant contre le plus gros de celle-ci. Cela a sans doute contribué à un faux sentiment de sécurité pour ceux qui ne connaissent pas le système climatique est criblé de seuils et points de basculement, 6 penser que les changements futurs vont se dérouler tout aussi progressivement que le passé.

Mais toute cette chaleur alimente maintenant des tempêtes massives et génère des vagues de chaleur marines qui peuvent détruire des écosystèmes entiers à des échelles de temps incroyablement brusques. Une érosion lente peut céder la place à une défaillance soudaine. Les cinq dernières années nous ont donné un avant-goût du rapide et furieux. Au cours de ces cinq années, nous avons été témoins de l’effondrement des récifs coralliens 7, de l’effondrement de la forêt de varech de Californie 8, des incendies de forêt 9 et des ouragans 10 aux proportions sans précédent. Ce sont des catastrophes locales qui se déroulent en temps réel aux occupants de ces régions, leurs vies déjà divisées en avant et après, un peu comme une chronologie géologique.

S’il y a une leçon à retenir de l’histoire de la Terre, c’est que les seuils deviennent beaucoup plus probables à mesure que les taux et l’ampleur des changements augmentent. Et le danger des seuils est qu’ils sont effectivement des portes à sens unique: faciles à franchir et fermées à la rentrée. Il s’agit de l’asymétrie temporelle de l’instabilité: il faut beaucoup plus de temps pour établir la stabilité que pour la démêler.

Ces aspects peuvent être l’aspect le plus simple et le plus critique du changement climatique à comprendre, et pourtant ce n’est pas quelque chose que la plupart des gens voient régulièrement. Quand je parle de taux, je prends pour acquis que je conjure une image dans mon esprit tout le temps, en partie parce que je regarde tous les jours des graphiques de l’histoire du climat. Toutes ces histoires de catastrophe écologique sont regroupées de manière compacte en une seule ligne presque verticale sur un graphique. C’est là que vous savez que vous êtes en difficulté: lorsque la pente devient soudainement verticale (ci-dessous).

Holo-pentes-code couleur_BR
DANGER AHEAD: Anomalies de température pour la période de l’Holocène (vert) 11 par rapport au réchauffement climatique récent (bleu) 12 et projections futures d’un scénario à faibles émissions de carbone (RCP2.6, rose) et d’un scénario à émissions élevées (RCP8.5, noir) de le rapport du GIEC AR5. 13 L’Holocène présente des taux de changement relativement graduels, alors que les taux d’augmentation de la température moderne et projetée sont plusieurs fois plus élevés. Nous avons encore le choix de choisir la route du double diamant noir ou une pente intermédiaire.

Pour de nombreux climatologues, la conscience d’être sur le bord du couteau du graphique, de tracer de plus en plus raide chaque jour, c’est comme apprendre à vivre avec le vertige, séparant le sentiment profond que nous ne sommes plus sur un sol stable tout en essayant simultanément de progresser avec la journée, se présenter au travail, rire avec nos enfants.

Ceux qui mettent en garde contre une instabilité potentielle ont toujours été étiquetés «Cassandras of doom». Il y a une ironie à cela parce que Cassandra avait raison . Elle a simplement été ignorée comme une «alarmiste» – ce mot sale maintenant intelligemment utilisé pour émasculer toute personne préoccupée par le changement climatique dans la catégorie de «femme hystérique».

Le problème avec les alarmes, c’est qu’elles s’avèrent utiles. Le canari dans la mine de charbon, les détecteurs de fumée, les sirènes de tornade, les alertes de téléphone portable; nous convenons généralement que les instruments permettant de détecter et de transmettre les menaces imminentes sont un pas dans la bonne direction. En fait, nous en avons besoin dans la plupart des bâtiments. L’inconvénient d’une fausse alarme occasionnelle est largement compensé par l’avantage de ne pas mourir dans votre sommeil par un incendie qui fait rage.

Ainsi, alors que les catastrophistes peuvent avoir le tour des yeux de l’hyperbole, les gradualistes justifient une gifle occasionnelle de naïveté. Leur apparente incapacité à concevoir un monde fondamentalement différent les conduit à un mode de complaisance par défaut, qui, ironiquement, le rend beaucoup plus susceptible de provoquer ce à quoi ils ne s’attendent pas. D’un autre côté, les catastrophistes sont plus enclins à s’attendre à une catastrophe et pourraient être plus motivés pour prévenir les menaces potentielles. Ainsi chacun prouvera involontairement à l’autre le droit, s’il a sa manière de faire.

Et si, au lieu de nous sentir menacés par les différences d’opinion, nous devions les reconceptualiser à peu près de la même manière qu’un arbre distribuera une canopée pour collecter autant de lumière que possible – comme une approche à plusieurs volets pour faire le travail? Dans le même sens que les processus rapides et lents contribuent au changement terrestre, des progrès réguliers et une action locale immédiate contribueront à des solutions climatiques. Faisons le point sur notre rythme et travaillons ensemble, reconnaissants qu’il y ait quelqu’un d’autre pour remplir l’espace que nous ne pouvons pas. Après tout, nous ne sommes pas des arbres isolés, mais une forêt vivante et connectée, et l’équilibre est essentiel pour la stabilité.

Par Nautilus

Summer Praetorius, paléoclimatologue, étudie la dynamique du changement climatique brutal.

1. Cui, Y., et al. Libération lente de carbone fossile pendant le maximum thermique Paléocène-Éocène. Nature Geoscience 2 , 481-485 (2011).

2. McInerney, FA & Wing, SL Le maximum thermique paléocène-éocène: une perturbation du cycle du carbone, du climat et de la biosphère avec des implications pour l’avenir. Revue annuelle des sciences de la Terre et des planètes 39 , 489–516 (2011).

3. «Comment savons-nous que les récentes augmentations de CO2 sont dues aux activités humaines?» RealClimate.org (2004).

4. Cunsolo, A. & Ellis, NR Le deuil écologique comme réponse de santé mentale aux pertes liées au changement climatique. Nature Climate Change 8 , 275-281 (2018).

5. Cheng, L., Abraham, J., Hausfather, Z., & Trenberth, KE À quelle vitesse les océans se réchauffent-ils? Science 363 , 128-129 (2019).

6. Lenton, TM Points de basculement climatiques – trop risqués pour parier. Nature.com (2019).

7. Hughes, TP et al. Le réchauffement climatique altère la dynamique stock-recrutement des coraux. Nature 568 , 387–390 (2019).

8. Rogers-Bennett, L. & Catton, CA La vague de chaleur marine et de multiples facteurs de stress font basculer la forêt de varech à taureau en landes d’oursins. Rapports scientifiques 9 , 1–9 (2019).

9. Park, WA et al. Effets observés du changement climatique anthropique sur les incendies de forêt en Californie. Earth’s Future 7 , 892–910 (2019).

10. Trenberth, KE et al. L’ouragan Harvey est lié au contenu thermique des océans et à l’adaptation au changement climatique. Earth’s Future 6 , 730–744 (2018).

11. Marcott, SA, Shakun, JD, Clark, PU, ​​& Mix, AC Une reconstitution de la température régionale et mondiale au cours des 11 300 dernières années. Science 339 , 1198-1201 (2013).

12. Équipe GISTEMP. GISS Surface Temperature Analysis (GISTEMP), version 4. NASA Goddard Institute for Space Studies (2019).

13. Changement climatique du GIEC  2013: les bases de la science physique. Contribution du Groupe de travail I au cinquième rapport d’évaluation du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat  Stocker, TF, et al.  (Eds.) Cambridge University Press (2013)

16 réflexions sur « L’arbre de la vie climatique »

  1. très bel article, très clair…
    Je partage l’opinion générale : la Terre a toujours subit des modifications et s’est adaptée, c’est sûr, mais dans le dérèglement climatique, c’est l’homme qui est responsable et il préfère se cacher derrière le déni pour ne pas se sentir concerné et continuer à polluer, et à consommer !
    je suis en colère,mais pas simplement en me levant le matin, et quand j’entends les propos de certains j’ai envie de frapper : cf. les Trumpistes, complotistes, partisan de QAnon et leur QI de poisson rouge (désolée mes amis les poissons, c’est une insulte j’en suis bien consciente 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Merci…je partage ta colère et tes impressions. Les comparer à des poissons rouges c’est même trop d’honneur car ces derniers amènent au moins un joli sourire sur le visage des enfants … Bonne soirée.

      Aimé par 1 personne

      1. C’est d’ailleurs pour cela que je me suis excusée auprès des poissons rouges… belle journée à toi 🙂

        Aimé par 1 personne

  2. Merci Cat 🙏
    Je ne supporte plus le mot « profit ».
    C’est bien l’homme qui est responsable de tout. Ça fait des années que nous sommes avertis des dangers pour la planète.
    Petite colère du matin mais zen le reste de la journée 😅
    BISOUS

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Eveline, je partage ta petite colère du matin … L’humanité ne peut pas se désengager de ces actes. Regarder les choses en face permet d’aller de l’avant … Le côté zen vient du fait que certaines personnes font des belles choses et que c’est possible et à la portée de chacun de nous. Donc soyons positifs mais alarmistes. Des bisous 😘😘 belle journée.

      Aimé par 1 personne

  3. En regardant un reportage sur les fervents supporters de Trump, j’ai découvert une autre forme de scepticisme que je ne soupçonnais même pas. C’était un couple qui ne croyait pas que le changement climatique puisse être provoqué par l’homme, car seul Dieu peut changer le climat !
    La messe est dite… 🙄

    Aimé par 1 personne

    1. Complètement étonnant… 😳C’est encore pire que ce que j’entends par certaines personnes de mon entourage… Merci pour ce retour… Bises d’un sud malade…

      Aimé par 1 personne

      1. Pourtant, la bise est un vent très froid. 😉
        Bisou du Nord-Ouest (celui-ci est plus doux) 🙂

        Aimé par 1 personne

  4. heu j’avoue que je préfère quand c’est toi qui expliques car là je t’avoue que je ne comprends pas ce discours 😦
    pour ma part, je dirais que j’en ai assez de me sentir culpabilisée de tout ce qui se passe sur cette planète car il me semble que c’est sur cette corde que tout le monde tirent alors que le problème est tout autre……et que ce n’est pas par la culpabilisation mais bien par la responsabilisation de chacun que TOUT peut bouger
    « sois le changement que tu veux voir », voilà ce que je m’applique à faire en mon âme et conscience et cela depuis….ma naissance 🙂
    gros bisous, Cat

    Aimé par 2 personnes

    1. Et c’est un magnifique mantra… Mais, il n’est pas question de culpabiliser mais surtout de tirer une sonnette d’alarme pour les septiques car j’en connais… Merci malyloup… Ton amour pour la nature est contagieux et je la partage avec toi… Bisous 😘

      Aimé par 1 personne

      1. en fait il n’y a que cette phrase qui est claire pour moi: « Après tout, nous ne sommes pas des arbres isolés, mais une forêt vivante et connectée, et l’équilibre est essentiel pour la stabilité. »
        et comme je crois à la théorie de 100ème singe, il me semble que si nous sommes un ‘certain’ nombre de personnes qui se sentent concernées et qui agissons alors tout le monde finira par agir dans le même sens sans même s’en apercevoir 🙂
        re-bisous

        Aimé par 1 personne

        1. Certaines personnes sont concernées mais il y a encore un bon nombre de personnes, voire de pays, dans le déni… Des bisous malyloup 🌻

          Aimé par 2 personnes

  5. Coucou Cate,
    Et oui, c’est alarmant les intempéries et les canicules que l’on a depuis quelques années …
    Malheureusement, nous continuons à polluer, à faire l’autruche !!
    Des bisous et belle soirée 😉

    Aimé par 2 personnes

    1. Complètement et à consommer plus que nécessaire… Des bisous Val et merci pour ta venue…

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close