Archives de Tag: Retraite

Confidences et aroma sur le chemin de Compostelle

Par défaut

Armand nous offre son chemin avant de mettre un pied devant l’autre pour concrétiser l’aventure Compostelle et nous raconte cette tranche de vie au sein des plantes, de la nature et des éléments.

image

Pourquoi au XXIème siècle, décider un jour de partir marcher, de quitter les siens, de quitter son petit confort? Pourquoi se retrouver à marcher sous la pluie, à avoir mal aux pieds, à manger une pomme sur le bord des routes, à discuter avec un inconnu venu de l’autre bout du monde ou encore à dormir dans un petit lit rustique totalement désuet par rapport aux standards de l’hôtellerie ? Du jour au lendemain on passe du statut de sédentaire plus ou moins embourgeoisé à celui de pèlerin. Pourquoi devenir tout à coup plus fragile, plus vulnérable, plus solitaire
A ces questions il n’y a pas vraiment de réponse. Chacun y va pour ses propres raisons et toutes sont bonnes. Et cela dure depuis plus de 1000 ans puisque les premiers écrits sur ce pèlerinage datent de l’an 970.

Peux-tu fouiller au fond de toi et nous en raconter plus?                                                                                              Ce projet a germé dans ma tête à un moment charnière dans ma vie. Il y a eu le départ brutal de mon épouse et tout le chagrin, le désarroi et le questionnement qui s’en est suivi. Puis il y a eu le départ en retraite qui est arrivé et aussi l’approche de la soixantaine. Personne ne m’attend à la maison (les enfants sont grands et même s’ils sont très proches dans mon cœur, ils sont éloignés géographiquement), j’aimais marcher et ce chemin me fascinait inconsciemmentEtant plutôt à ranger dans la catégorie des agnostiques voire des athées, ce ne sont à l’évidence pas des raisons religieuses qui m’ont poussées sur les routes mais c’était le moment de le faire. Une sorte de quête, juste pour marcher, pour lire, pour réfléchir, pour rencontrer d’autres marcheurs. Peut-être aussi l’espoir plus ou moins avoué, que marcher me ferait avancer. Moi qui aime beaucoup voyager dans des pays lointains, j’ai voulu par cet acte juste revenir à l’essentiel. C’était comme une évidence.

image

Quel à été votre parcours?: Je suis parti en octobre dernier avec mon ami Georges et nous avons cheminé pendant 10 jours à travers la campagne, au départ du Puy en Velay jusqu’à Conques. Nous avons traversé la France rurale, une France qui prend le temps de discuter, la France des petits villages. Ce fut un peu le salon de l’agriculture avant l’heure. Ce fut aussi la ronde des églises, des institutions religieuses et des spécialités régionales. Il y a plusieurs chemins qui mènent à travers la France à cette ville de Compostelle située dans la province de Galice en Espagne. Le plus connu d’entre eux, est la via Podiensis qui part du Puy en Velay. Mais il y a aussi des départs de Vezelay, du Mont St Michel, d’Arles et même de Paris au pied de la célèbre tour St Jacques.
Tous ces itinéraires se rejoignent à St Jean Pied de Port au pied des Pyrénées pour s’engager sur le Camino Frances, la partie espagnole. Pour les plus déterminés qui arrivent au bout, c’est 1600 km au total et 3 mois de marche à raison de 20km/jour.

Mais comment se passe une journée pour un pèlerin? Tout d’abord, il faut connaître son parcours (distance, dénivelé, durée), connaître la météo (même si cela n’a pas grande importance), savoir où dormir le soir. Ensuite après un petit déjeuner avec les autres pèlerins, on marche jusqu’à 15-16h environ, sans oublier le petit pic-nic à mi parcours. Parfois en chemin, on peut visiter une chapelle, un village ou prendre un petit café au soleil. Ensuite c’est l’arrivée au gîte, l’installation, la lessive quotidienne (car on emporte le minimum pour le poids), les ablutions, quelques échanges avec les autres pèlerins et la préparation de l’étape du lendemain. Vient l’heure du dîner préparé souvent par le propriétaire du gîte sans oublier de faire tamponner son petit passeport appelé Credencial qui prouve, à qui pourrait en douter, que l’on est passé par là. Souvent la veillée est propice aux discussions ou à la lecture. Reste à trouver le sommeil en passant outre les ronflements des uns ou des autres. Pas de télé, pas d’ordinateur, pas de mails. Non rien de tout ça. Une journée toute simple mais une journée de plaisir, du plaisir de simplement marcher.

image

Ce chemin n’a pas d’âge et pas de nationalités mais est parsemé de doutes et de forces:   Ma surprise, c’est l’engouement pour ce chemin. Nous avons rencontré des personnes de tous les âges, de multiples nationalités, avec des motivations très variées. Plusieurs hommes seuls, une nièce avec sa tante, trois dames du Périgord, deux jeunes filles allemandes, une jeune française qui changeait de boulot… tous dans un état d’esprit extrêmement bienveillant. Le seul lien entre ces gens est qu’ils sont tous pèlerins. C’était formidable et j’avoue un peu magique.
Il y a eu des moments forts : le départ du Puy, ville oh combien marquée par le christianisme, la traversée de l’Aubrac si sauvage et l’arrivée à Conques avec cette abbatiale magistrale dans ce si petit village.
Il n’y a pas eu de moments de doute: car quand on est parti on ne pense plus qu’à mettre un pied devant l’autre et à faire son étape. Son meilleur ami devient son sac à dos mais le plus léger possible et ses meilleures alliées deviennent ses chaussures et sa veste de pluie. Et oui! les priorités changent et l’homme est un être doté d’une forte capacité d’adaptation.

Addict Compostelle?                                                                                                                  Je prépare la deuxième étape de Conques à St Jean Pied de Port (500 km). Ce sera en avril et il me restera pour plus tard la dernière partie en Espagne mais 2 livres m’aident plus particulièrement pour cette aventure: 📚 « Immortelle Randonnée « de Rufin 👈 et 👉 » Miam miam dodo »                                                                               Quand on commence ce chemin, il faut arriver au bout même si c’est en mille morceaux.

image

🌈5 Conseils « poids plume » de l’essen-ciel de Cat pour essayer de recoller les morceaux: 

1/Un baume réconfortant pour pieds ( clic ICI👈) et des pansements seconde peau:  Dans 5ml d’huile d’arnica, ajoutez 5 gouttes d’huile essentielle de lavande vraie et 5 gouttes d’huile essentielle de géranium rosat. (Le géranium rosat stoppe les saignements et éloigne les moustiques également).

2/Une potion magique pour dormir et des bouchons d’oreilles : L’huile essentielle de lavande vraie et là encore indispensable pour une double possibilité, dans la tisane de valériane du soir+3 gouttes+1 cc de miel et en olfaction, 1 goutte à l’intérieur des poignets qu’on sniffe jusqu’à l’endormissement. (La lavande vraie est également antiseptique).

3/ Un lave-main sans eau: 5ml de gel d’aloé Vera et 3 gouttes d’huile essentielle de palmarosa et mettre 1 goutte de ce mélange sur les mains et les frotter ensemble. ( Le palmarosa peut également jouer le rôle de déodorant corporel et l’aloè Vera apaise les coups de soleil).

4/ Le couteau-Suisse du randonneur: l’huile essentielle de tea tree (piqûres, brûlures, morsures, problèmes ORL, fongicide, antiseptique…).

5/ Un anti-aïeaïeaïe mes courbatures: des gélules de saule. De l’huile essentielle de menthe poivrée ( efficace également sur les maux de tête, les problèmes digestifs et donne du tonus).

 🚨Les huiles essentielles sont à éviter pour les femmes enceintes, allaitantes, les enfants et les épileptiques. Elles doivent se prendre impérativement avec de l’huile ou du miel. (N’hésitez pas à me demander conseil).

image

Et vous, avez vous prévu une randonnée ou une retraite (quel qu’elle soit!) pour vous retrouver, vous ressourcer ou tout simplement se faire plaisir en empruntant les chemins de randonnées? Un petit bout de votre chemin est le bienvenu!… À bientôt. Cat.

PS: Je vous offre une invitation pour « Destination Nature » à Paris 

Publicités